BRETAGNE Monts D’Arrée > Presquîle de Crozon – Partie 1

Comme chaque année, je propose d’organiser une randonnée familiale. Mon père, jeune retraité et mon jeune frère ont pris goût à cette activité et répondent dorénavant toujours présent.

J’avais déjà effectué plusieurs tronçons du Gr 34 dénommé le chemin des douaniers et qui propose un peu plus de 1500 km de parcours sur les côtes bretonnes. Il a d’ailleurs été élu GR préféré des français en 2017. J’apprends également qu’il  fête son 50ème anniversaire cette année.

Cette fois n’est pas coutume nous commençons notre aventure de Huelgoat dans les terres pour découvrir la Bretagne un peu différemment puis rejoindre le GR 34 à le Faou pour suivre le tour de la presqu’île de Crozon jusqu’à la capitale de la sardine et du Kouign Amann, Douarnenez.

 

Les Monts d’Arrée

 

Huegoat > Brennilis

Huelgoat est déjà une bonne surprise pour commencer notre périple. La ville possède un centre ville vivant ainsi qu’un immense lac très agréable. Nous rejoignons un peu plus loin à la sortie du bourg le Gr380 dans un bout de forêt vallonné appelé le Camp d’Arthus – en référence au roi Arthur. Des fouilles archéologiques ont révélé une forte activité gauloise puis romaine sur ce site. C’est entre histoire, rochers géants et clairières offrant de très beaux panoramas que nous réveillons peu à peu nos sens avec plaisir. Le parcours est très roulant. Nous passons quelques hameaux parmi lesquels nous croisons notre premier menhir, magnifique. Nous respectons la tradition et mélangeons nos microbes avec les milliers de personnes qui avant nous s’y sont frotté. Nous échappons de peu à la pluie en arrivant à notre superbe premier gîte. Connu de part et d’autres de la presqu’île pour son écomusée dont l’histoire de la création est plus incroyable encore que son contenu. Montée pièce par pièce par celle que nous appellerons tout le long de notre voyage mamie Youdig, la sorcière du marais. Une femme au caractère forgé par une histoire de labeur.

Brennilis > Saint-Rivoal

Nous quittons notre confort douillet pour une mâtinée pluvieuse. Immersion parfaite pour la traversée marécageuse d’un bras du lac de Brennilis. Nous vivons l’aventure plongé dans un imaginaire fantastique peuplé de sorcières, de diables et surtout d’Ankou. Étrangement la pluie cesse lorsque nous sortons des tourbières pour rejoindre un sommet des monts d’Arrées. Enfin nous apercevons de tout son long le lac enveloppé d’une flore aux tonalités ocres. Plus loin nous apercevons notre prochaine pause. La montagne Saint-Michel surplombée de sa petite chapelle. Pour nous y rendre, nous devons emprunter un chemin que nous partageons avec un cours d’eau et qui me rappelle avoir oublié de ré-imperméabiliser mes fidèles lowa renegade. Il y a beaucoup de vent du haut de ces 381 mètres d’altitudes. Nous nous en abritons du bon côté des murs de la chapelle. Insolite, un musicien joue de l’accordéon à l’intérieur. Son chien mange avec nous autres randonneurs. Rassasiés, nous repartons en descente puis tout droit jusqu’à St-Rivaol à l’auberge municipale. Elle propose un grand espace de vie commune ainsi qu’une belle cuisine, mais des chambres minuscules ; tout juste de quoi poser nos sacs à dos. D’un coup, je commence a me sentir très mal. Je prend une douche et file m’allonger. Je superpose les couvertures et grelotte 2 bonnes heures. Le temps que mes anticorps fasse le taff. Surement une intox alimentaire ; la veille de notre départ je m’étais gavé d’huîtres. elles étaient excellentes. Lorsque je descend enfin rejoindre la salle à manger (surtout pas pour manger) nous faisons la connaissance d’un géomancien, sourcier, druide qui nous racontent des histoires fascinantes sur les énergies et cultes celtes. Il fait le Tro Breiz, une rando entre histoire et pèlerinage chrétien qui rend visite aux reliques des 7 saints ayants apporté la religion en Bretagne.

Saint-Rivoal > Le Faou (Kervezennec)

Il était une fois en fôret… zZz

Faute d’hébergements, notre 3ème jour s’avère une assez longue étape de plus de 30 km. Nous quittons le GR 380 pour rejoindre le GR37 puis traverserons la forêt du Cranou jusqu’à Le Faou, carrefour des GR 37 et 34. Nous ferons une longue pause après nous être ravitaillé. Encore un peu patraque de mon intox, la journée est assez éprouvante. Nous reprenons la route pour rejoindre un gîte à quelques pas de l’Aulne maritime qui fait office de frontière avec la presqu’île de Crozon. Un jeune couple à repris le flambeau de ce gîte situé au cœur du Finistère – Kervezennec. Parfait pour ceux qui souhaitent découvrir en étoile la région. Malgré des hôtes baroudeurs très sympa et ayants de très belles histoires à raconter, je file me coucher après mangé, pas tout à fait remis de la veille. Rien ne vaut une bonne nuit de sommeil pour se remettre d’aplomb. Demain nous rejoignons la mer.

suite du récit partie 2

Récit par Marc pour CŒUR DE FINISHER- ©- mai 2018

 

 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s