TMB en 7 jours – jour 3 – Bivouac du refuge de la Balme > Refuge Elisabetta (Italie)

Dimanche 25 juin 2017 – 3ème jour/7 – Bivouac du refuge de la Balme – Refuge Elisabetta (Italie)-par Marc-

Matin difficile. J’ai dû remballer tout le matos sous la pluie pour ma première fois (même en Bretagne ce n’était pas arrivé lol) – exercice pas pratique. Je sens que le repas de la veille et le petit déjeuner du gîte n’est pas génial et que je manque d’énergie. Nous faisons l’ascension du « Bonhomme » dans les nuages et quelque gouttes de pluie éparse. C’est une atmosphère très différente, nous admirons peu les paysages lointains mais voir les nuages enrober les cols et les hommes est un beau spectacle.

Prudent, je n’emprunte pas la variante du col des Fours, le brouillard est trop épais. c’est également un bon raccourci mais je préfère descendre aux Chapieux pour manger un bon repas et faire quelques provisions. Petite zone civilisé qui fait office de halte pour tous les voyageurs (moto, caravanes, randonneurs, …). C’est aussi là que le TMB et le GR5 se quittent.

Après un bon repas et avoir séché ma tente, je repars en direction de la frontière italienne en longeant le torrent des glaciers. Un peu après le refuge des Mottets,  je suis K.O. en pleine ascension du prochain col, je n’ai plus de jus. Vouloir pousser ce soir n’était pas une excellente idée, mais comme souvent, je me prends d’amitié à un groupe qui trace et nous escomptions nous revoir ce soir. Le temps d’une petite pause et je repars le rythme lent et régulier. Je passe enfin, épuisé, le col de la Seigne. Je prends une claque tellement c’est magnifique. Une descente dans un talweg sauvage protégé de part et d’autre par une chaîne de montagne magnifique. Dans ces moments, je suis pris d’une exaltation qui m’offre un regain d’énergie incroyable. Je rencontre ma première marmotte tout content, puis une autre, et encore une autre, des groupes mêmes, peu farouche. Fascinant spectacle qui me portera jusqu’au refuge Elisabetta sereinement.

La transition est difficile. L’intérieur est bondé. Beaucoup d’australiens sympathiques mais envahissant. Mes amis de la veille arrivent mais décident de bivouaquer plus loin – Tout ce mal pour rien finalement lol. Je suis surpris qu’il reste de la place mais je comprends vite pourquoi : le dortoir est flippant. Triple lits superposé long d’une 15aine de couches. Autrement dit, 45 dans la même pièce est une épreuve des sens. Cependant les hôtes sont très gentils et très bien organisé pour gérer toute cette foule. La randonnée c’est du pipi de chat comparé au travail qu’ils exécutent chaque jour.

dortoir de guerrier
dortoir du guerrier

par Marc pour COEUR DE FINISHER-©-2017


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s