Le circuit des 25 bosses du massif des 3 pignons

RÉCIT à 2 VOIX – Dimanche 8 octobre 2017- météo 15°- cache cache avec le soleil-

Point de départ : le parking de la CROIX SAINT JÉRÔME

MARC

– « Par ici » ! Je ne compte plus les nombreuses fois où nous avons prononcé ces mots durant cette belle randonnée à la journée.

Nathalie avait entendu parler de ce circuit ; les 25 bosses du massif des 3 pignons, un parcours génial parsemé par ces gros rochers de grès typiques du domaine de Fontainebleau et prisé internationalement par les pratiquants de l’escalade de blocs.

Nous débutons relativement tard cette randonnée, il est 10h30 lorsque nous commençons à marcher.  Un peu perdu dans les calculs de temps faute de connaissance du dénivelé et du terrain, je ne ménage pas Nathalie, nous avançons à bon rythme, je suis surpris, elle grimpe les « bosses » aisément – ça ne m’empêchera pas de la taquiner tout de même. Le parcours est vraiment magnifique, des chemins escarpés sablonneux parsemé de fougères de part et d’autres offrant une véritable pouponnière aux champignons de toutes sortes. Les rochers sont difformes, nous pouvons aisément imaginer des animaux géants comme lorsque nous prenons le temps d’observer les nuages un beau jour de ciel bleu. Le balisage est clair, nous faire passer par les endroits les plus difficiles parmi les parois rocheuses. Je dois plusieurs fois retirer mon sac à dos afin de pouvoir passer entre 2 rochers. Heureusement pour les novices, des chemins alternatifs permettent de contourner les obstacles.

– En fait, c’est ici que j’aurais dû m’entraîner pour le TMB, remarque Nathalie. Elle a raison, le terrain est parfait. J’apprend plus tard qu’historiquement : “ce circuit sert pour l’entraînement aux marches d’approche en alpinisme” d’après Wikipédia.

Finalement, après une dernière bosse technique, nous ne finirons pas trop tard, satisfaits de nos 13 km avec un dénivelé positif d’environ 800 mètres.

NATHALIE

La veille de notre randonnée, il a plu toute la nuit alors pour ce parcours forestier j’ai revêtu un pantalon de jogging, un t-shirt et un sweatshirt (j’enlèverais ce dernier très rapidement dès la première bosse … on attrape vite chaud !!) mais sur ce coup-là, le pantalon s’avèrera indispensable car je ne compte plus le nombre de fois où j’ai fait du toboggan sur les fesses pour descendre des rochers !! Je porte aussi des gants bien utile dans les manœuvres où je dois me hisser, me faufiler et crapahuter… Ah oui ! On va crapahuter…

« RETOUR EN ENFANCE » pourrait être le sous-titre de cette rando. En effet, on pénètre très vite dans une forêt féerique de rochers, de sables, de pins, de bruyères et de fougères et notre culture cinématographique de l’imaginaire fait le reste.

Nous sommes dans un monde de géant et je suis toute minuscule face à ce chaos de la nature, à chacun sa référence mais certainement pas le Monde de Narnia : ici les animaux ne parlent pas et on ne les entend pas non plus !! Où sont-ils ? Marc et moi sommes à l’écoute ;  mais rien ! Un monde de silence ! Pas un chant d’oiseaux,  ni un vol de moustiques,  pas d’insectes, pas de bruissement dans les fougères ! RIEN ! Juste un monde d’animaux momifiés en blocs de pierre … là une grenouille, une tortue, un diplodocus, une gueule de lion… on s’amuse comme des gosses à deviner les formes animales.

La magie opère avec les arbres aux branches grimaçantes, tortueuses, aux rochers couverts de fougères d’un vert cru.  Soudain la mer de sable !  Avons-nous pénétré dans l’antre de la sorcière ? Voilà un autre monde … celui des grimpeurs de blocs. Je découvre la discipline ! A ma grande surprise, les grimpeurs n’ont pas de cordage pour s’assurer mais utilisent un tapis matelassé (dit aussi crash pad dans leur jargon)  pour amortir les chutes.  Ici et là des pointillés en couleur sur les parois rocheuses représentent les niveaux de difficultés.  Nous sommes dans la zone LE CUL DE CHIEN et même les noms de secteur sont évocateurs d’un monde fabuleux, surnaturel.

Pour le pique-nique, nous avons opté pour un arrêt au sommet d’une bosse … après tout c’est là le fil conducteur de notre rando. Le spectacle est superbe ! Une vue panoramique sur toute la forêt et ses premières couleurs d’automne… et ses bosses au nombre de 25 ! Marc, toujours à l’aise, nous guidera toute la journée en suivant le marquage rouge, tantôt facile à trouver, tantôt compliqué pour la novice que je suis !

Côté pratique, pensez à prévoir un petit sac à dos sinon on ne passe pas toujours entre les rochers ! Coté soif  pour cette rando de 6h, je vais boire 1.5 L d’eau  (tempéré 15 degrés et avec un peu de soleil).  Marc a chaussé ses chaussures spéciales rando, de mon côté, j’ai opté pour mes chaussures de trails mais parfois un peu juste car certains passages sont très glissants alors prudence.

Parmi les monuments insolites, le monument de la résistance et un bloc gravé d’un calice…

Je connaissais jusqu’alors le château de Fontainebleau et le village des peintres de Barbizon à proximité. Aujourd’hui FONTAINEBLEAU rime avec RANDO et j’ai découvert là un beau TABLEAU !

EN IMAGES

 

 

 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s